Paranatation

Qu’est-ce que la paranatation?

La paranatation est le programme de natation pour les personnes ayant des limitations de la base à l’élite. Elle combine une grande variété de handicaps dans trois catégories

Handicaps fonctionnels

Qui sont les nageurs ayant une déficience physique ? Les paranageurs représentés par les classes S1 à S10 sont ceux dont la condition médicale entraîne principalement une déficience de nature physique. Il existe, au sein de ce groupe, une très grande diversité de pathologies:

paralysie cérébrale, accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien (TCC); lésion de la moëlle épinière, spina bifida, sclérose en plaques; amputés, dysmorphisme; nanisme, achondroplastie; maladies neuromusculaires, lésions plexus brachial.

 

Handicaps visuels

Les nageurs des classes S11 à S13 doivent présenter un handicap visuel significatif et légalement reconnu: albinisme, neuropathie optique de Leber, rétinopathie diabétique, rétinite pigmentaire. La fonction visuelle peut être altérée principalement de deux manières différentes, par une diminution de l’acuité visuelle ou par une réduction du champ de vision (périphérique ou central)

Handicaps intellectuels

Une personne ayant une déficience intellectuelle (DI) vit des limitations considérables dans son fonctionnement de tous les jours. On retrouve fréquemment chez la personne ayant une DI des difficultés d’attention et de concentration menant à des troubles d’apprentissage. La déficience intellectuelle peut également être accompagnée de troubles physiques, comme un manque de coordination ou d’équilibre.

La paranatation s’est développée à partir de plusieurs mouvements dans les années 1940 et 1950. Au cours de cette période, quatre organismes sportifs internationaux, divisés par genres de handicaps médicaux, se sont éventuellement regroupés pour former le mouvement paralympique moderne. Natation Canada est devenu la première organisation nationale sportive intégrée en 1993.

Aujourd’hui, une approche «le sport d’abord» est adoptée et des groupes internationaux représentent les sports spécifiques, en prenant en considération le handicap d’une personne comme facteur secondaire. L’organisation mondiale de régie sportive pour les personnes ayant un handicap, incluant la natation, est le Comité international paralympique et il gère avec des comités sportifs spécifiques qui supervisent le développement du sport pour les groupes de handicaps.

Pour plus d’information :

Site internet de la fédération de natation du Québec

Les athlètes qui ont la paralysie cérébrale sont évalués selon le système de classification fonctionnelle. L’équipe de classification évalue le nageur en dehors de l’eau, dans l’eau et en situation de compétition. Ensuite, elle attribue une catégorie au nageur pour chaque style de nage.

La classification fonctionnelle est fondée sur une combinaison des limitations de locomotion. Les trois principaux groupes impliquent les paralytiques cérébraux, les personnes atteintes à la colonne vertébrale et les amputés dans un système de classification, avec points, contenant 10 classes pour les trois styles de nage.

Le système de dix classes reflète le niveau de fonction motrice de l’athlète. La première classe correspond à un niveau inférieur de fonction et la dixième classe au plus haut niveau de capacité motrice.

Les nageurs dans la classification fonctionnelle sont testés plusieurs fois durant leur carrière pour déterminer leur classification. Un nageur qui fait de la compétition pour la première fois peut être assigné à une classe par un évaluateur provincial et être réévalué par la suite.

S1 SB1 SM1

Les nageurs de cette classe sont généralement en chaise roulante et peuvent dépendre de l’aide des autres pour satisfaire leurs besoins personnels quotidiens. Exemples : nageurs éprouvant de sérieux problèmes de coordination des quatre membres, ou privés de l’usage de leurs jambes, tronc et mains, avec contrôle minimal de leurs épaules seulement. Nagent habituellement seulement sur le dos.

S2 SB2 SM2

Exemple : nageurs capables de se servir de leurs bras mais non de leurs mains, jambes ou tronc, ou éprouvant de sérieux problèmes de coordination au niveau des quatre membres.

S3 SB3 SM3

Exemples : nageurs pouvant raisonnablement se servir de leurs bras, mais pas de leurs jambes ou de leur tronc ; nageurs éprouvant de sérieux problèmes de coordination au niveau de tous les membres et nageurs ayant éprouvé des pertes importantes au niveau des quatre membres.

S4 SB4 SM4

Exemples : nageurs qui se servent de leurs bras et ont une faiblesse minimale des mains mais ne peuvent se servir de leurs jambes ou leur tronc. Nageurs éprouvant des problèmes de coordination au niveau de tous les membres mais surtout des jambes. Nageurs ayant perdu jusqu’à trois membres.

S5 SB5 SM5

Exemples : nageurs pouvant se servir entièrement de leurs bras et mains mais non de leur tronc ou des muscles de leurs jambes. Nageurs éprouvant des problèmes de coordination.

S6 SB6 SM6

Exemples : nageurs possédant un contrôle total des bras et des mains et un certain contrôle du tronc mais ne pouvant pas se servir efficacement des muscles de leurs jambes. Nageurs éprouvant des problèmes de coordination (ces athlètes peuvent généralement marcher). Nageurs ayant perdu deux membres. Personnes de petite taille (moins que 130 cm pour les femmes et 137 cm pour les hommes).

S7 SB7 SM7

Exemple : nageurs pouvant complètement utiliser leurs bras et leur tronc et possédant une certaine fonctionnalité au niveau des jambes ; certains problèmes de coordination ou de faiblesse d’un même côté du corps ; perte de deux membres.

S8 SB8 SM8

Exemples : nageurs pouvant complètement utiliser leurs bras et leur tronc et possédant une certaine fonctionnalité au niveau des jambes. Nageurs ne pouvant se servir que d’un bras.

S9 SB9 SM9

À moins d’un état pathologique sous-jacent, tous ces athlètes vont habituellement débuter une épreuve hors de l’eau. Exemples : nageurs éprouvant une sérieuse faiblesse au niveau d’une jambe seulement ; nageurs éprouvant un très léger problème de coordination ; nageurs ayant perdu un membre.

S10 SB9 SM10

Exemples : nageurs éprouvant une très légère faiblesse au niveau des jambes. Nageurs éprouvant une restriction des mouvements de l’articulation de la hanche. Nageurs ayant les deux pieds déformés. Nageurs éprouvant la perte mineure d’une partie d’un membre.

Club de natation Vmax (Montréal)

Tél. : 514 527-4527 poste 2513
Téléc. : 514 527-0979
Courriel : piscine@viomax.org

Club de natation CSQ (Québec)

Tél. : 418 641-6201 poste 4999
Courriel : csq_natation@hotmail.com

Club de natation des piscines du Parc Olympique à Montréal

Tél. : 514 254-4956
Téléc. : 514 252-4748
Courriel : cnppo@bellnet.ca

Club de natation CAMO (Montréal)

Tél. : 514 872-1715
Téléc. : 514 872-1794
Courriel : camonatation@videotron.ca

Club de natation Torpille
(Repentigny)

Tél. : 450 470-3440 poste 3449
Courriel : clubnatationtorpille@hotmail.com

Club de natation Phénix de Gatineau

Tél. : 819 243-2560
Courriel : registraire@clubdenatationphenixdegatineau.org

Club de natation des Dauphins de l’Abitibi-Témiscamingue

Tél. : 819 762-0931 poste 1391
Courriel : dauphins@cegepat.qc.ca

Club de natation des Requins de Drummond

Tél. : 819 477-5959
Courriel : requins@9bit.qc.ca

Club de natation de l’Université de McGill (Montréal)

Tél. : 514 394-7000 poste 01647
Courriel : francois.laurin@mcgillswimming.ca

Club de natation Exotem
(Abitibi-Témiscamingue)

Tél. : 819 629-2881 poste 116

Club de natation SAMAK

Tél. : 450-466-6563
Courriel : natation@clubsamak.org

Club aquatique de Charlesbourg

Tél. : 418  624-4612
Courriel : natationcac@oricom.ca

Club de natation Neptune de St-Jérôme

Tél. : 450 431-6616
Courriel : info@natationneptune.com

Beaconsfield Bluefins

Courriel : secretary@bluefins.ca

La natation est l’une des disciplines les plus populaires et les plus importantes des Jeux paralympiques. La natation regroupe les épreuves de style libre, dos, papillon, brasse, quatre nages individuel et relais. La natation est l’un des sports les plus anciens auxquels peuvent participer les athlètes ayant un handicap et est la discipline qui, après l’athlétisme, attire le plus grand nombre de concurrents. Les records mondiaux des nageurs ayant un handicap visuel sont comparables à ceux de leurs confrères n’ayant pas de handicap.

La compétition aux Jeux paralympiques nécessite une piscine à huit couloirs de 50 m répondant aux normes de la FINA. Des séries réunissant huit concurrents par classe sont effectuées et les huit meilleurs de chaque classe participent à la finale. Les nageurs peuvent débuter leur course de différentes manières : départ dans l’eau, plongeon assis sur le plongeoir ou plongeon debout classique. Durant les épreuves de natation, les nageurs non-voyants ont besoin d’un assistant pour les aider au moment où ils s’approchent du mur du bassin, soit pour effectuer un virage, soit à la fin de la course. Cette technique est appelée « tapping » et est réalisée par un « tapeur ». Ces nageurs doivent également porter des lunettes de natation opaques dans toutes les épreuves.

 Pour plus de détails :

Responsables pour la paranatation

Comité International Paralympique

IPC Swimming
International Paralympic Committee
Adenauerallee 212-214
53113 Bonn
Germany

info@paralympic.org
www.paralympic.com

 

Fédération Québécoise de Paranatation:

http://www.paranatation.ca/